Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
  • SC Bastia
  • Bordeaux
  • SM Caen
  • Evian TG
  • EA Guingamp
  • RC Lens
  • LOSC
  • Lorient
  • OL
  • OM
  • FC Metz
  • AS Monaco
  • Montpellier
  • FC Nantes
  • OGC Nice
  • PSG
  • Reims
  • Rennes
  • ASSE
  • Toulouse FC
  • Ligue 2
  • Espagne
  • Angleterre
  • Allemagne
  • Italie
Foot - Équipe de France

Clash : Ménès, Lizarazu, Larqué, Domenech… Ils répondent tous à Evra !

Patrice Evra

Les déclarations de Patrice Evra ont déclenché un séisme dans le football français. Le défenseur s’est payé Pierre Ménès, Luis Fernandez, Rolland Courbis et Lizarazu, et tout le monde donne son avis.

 

Les déclarations de Patrice Evra dans l’émission Telefoot ne cessent de faire parler. Le défenseur de l’équipe de France s’est payé quatre consultants de luxe (Luis Fernandez, Bixente Lizarazu, Pierre Ménès et Rolland Courbis) et les réactions sont nombreuses. Parfois, certaines vont même dans le sens du joueur de l’équipe de France. Voici un petit florilège.

 

Ça peut vous intéresser :

Clash : Ménès, Lizarazu, Luis Fernandez, Courbis… Evra dézingue tout le monde

 

PIERRE MÉNÈS : « IL M’A MENACÉ ET INSULTÉ !

 

Dans 20 minutes, le consultant de Canal Plus est revenu sur ses déclarations et son rôle de consultant : « Un jour après Knysna, quand il était en campagne électorale, les larmes aux yeux, j’ai dit qu’il vendrait sa mère pour revenir en équipe de France. Il me semble que cette expression existe dans la langue française. Je ne l’ai pas inventé moi-même pour la maman de Patrice Evra qui est sûrement une femme charmante. Il faut arrêter la parano. C’est trop facile. (…) Là, franchement, c’est la moindre des choses que j’accepte des critiques en retour. C’est la règle du jeu. Qu’il ne m’aime pas… Là, il ne m’a pas critiqué, il m’a menacé et insulté. C’est différent. Il dit «il n’a pas intérêt à me croiser». Je pourrais lui dire la même chose. Sur le terrain il court plus vite que moi, mais pour le reste, je demande à voir ».

 

À voir :

Clash Evra : Le débat Didier Deschamps - Pierre Ménès (vidéo)

 

LUIS FERNANDEZ : « J’AI CRU ENTENDRE LE MOT "CLOCHARD" »

 

Le consultant de RMC a lui aussi réagi : « Déjà, c’est un grand honneur et un plaisir d’être comparé à ce grand acteur. La macarena, je serais tellement content de le voir la danser avec l’équipe de France. Je voudrais juste dire que le maillot de l’équipe de France, je l’ai quand même plutôt bien honoré. On a été champions d’Europe en 1984, on a fait 3ème au Mondial 1986. En tant que joueur et entraîneur j’ai gagné pas mal de titres, dont une Coupe d’Europe avec le PSG. J’ai une certaine légitimité en bleu, mais peut-être a-t-il perdu la mémoire. Je juge les éléments sur leurs performances sur le terrain, je n’attaque jamais sur la personne. On peut parfois être durs dans l’analyse, mais on s’efforce d’être juste et honnête. Je sais qu’un code de conduite a été signé par les joueurs, puisqu’il a accordé cette interview avec le maillot bleu sur les épaules, j’attends de voir ce que va dire le président de la fédération et le sélectionneur, puisque l’attaque est quand même assez forte. Je vais réécouter tout ça et voir si ces propos ne vont pas au-delà de la limite acceptable. J’ai cru entendre le mot "clochard", ça me paraît un peu gros, là »

 

À voir :

Les déclarations complètes d’Evra en vidéo

 

BIXENTE LIZARAZU : « AGRESSIVITÉ, VULGARITÉ, PERTE DE CONTROLE »

 

Le consultant a réagi dans les colonnes de l’équipe : « J’ai été choqué par l’agressivité, la vulgarité, la perte de contrôle, le manque de nuance et de recul. Dernièrement, je m’interrogerais sur le fait que les leaders d’aujourd’hui étaient les mêmes qu’en 2010, en Afrique du Sud. Avec ce qui s’était passé en Coupe du monde, il y avait de quoi s’interroger. Hé bien, la sortie médiatique d’Evra me conforte dans mon opinion. S’il est un leader et qu’il prend l’initiative de faire cela, c’est assez inquiétant. Ça me fait même flipper pour les Bleus. Il se base sur des propos qu’on lui a rapportés. C’est aberrant. On peut répondre à des critiques, mais là, il n’y a pas de fond ou de discussion. Ce sont juste des insultes, des moqueries, du mépris. C’est le niveau zéro »

 

À voir :

Clash Evra : La réponse de Lizarazu en vidéo

 

RAYMOND DOMENECH : « ÇA RENFORCE SA POSITION DE LEADER »

 

L’ancien sélectionneur et consultant pour Ma Chaîne Sport semble plutôt prendre la défense d’Evra : « Il y a un côté positif que vous, médias, négligez. C'est l'impact que peut avoir un joueur dans une équipe. La moitié des joueurs de l'équipe de France pense sûrement la même chose que lui mais ne peut pas le dire. Que quelqu'un soit capable de dire ça, ça renforce sa position de leader et ça peut souder les mecs. L'effet peut être positif, on ne peut pas encore savoir. On verra en fonction de ce qui se passe lors des barrages. Je n'ai jamais eu de problème avec Evra. Il était proche des joueurs, c'était un porte-parole et nos relations étaient tout à fait normales. Après, il a été pris dans cette espèce de loi du milieu, du quartier. Il n'avait pas les épaules pour ça. Il parle et il réfléchit après. On ne peut pas fonctionner comme ça quand on est capitaine. Je comprends Didier (ndlr, Deschamps, qui a déclaré qu'il ne lui donnerait jamais le brassard). Ce poste demande des responsabilités. Ce n'est pas ça être capitaine. Je pense que je me suis trompé ».

 

À voir :

Lizarazu victime d’un canular (vidéo)

 

DIDIER DESCHAMPS : « C’EST UN DÉRAPAGE »

 

Le sélectionneur de l’équipe de France s’est exprimé dimanche sur le plateau de Canal Plus : « Je regrette les propos qu’a tenu Evra bien évidemment. J’ai découvert le contenu de l’interview ce matin comme vous tous pendant l’émission. Même si après je peux comprendre sur le fond ce qu’il a dit. C’est quelqu’un qui est à bout par rapport a une situation. C’est un problème de personnes entre Patrice Evra et quatre consultants. Avec le président (Le Graët), on recevra Evra pour lui demander des explications ce qui me semble logique. Je suis désolé qu’il ait tenu de tels propos. Il peut le penser mais de là à l’exprimer… Dans la charte de l’équipe de France, il y a plein de choses mais c’est valable des deux côtés. Je ne suis pas là pour faire le procès ni de l'un ni de l’autre. La multiplication des medias fait que ce n’est pas facile. Je ne lui donne pas raison mais c’est dur. C'est un dérapage ».

 

À voir :

Clash Evra : Le débat Didier Deschamps - Pierre Ménès (vidéo)

 

NOEL LE GRAET : « JE VOUS PRÉSENTE MES EXCUSES »

 

Le président de la Fédération Française a présenté ses excuses à Bixente Lizarazu sur RTL : « Encore une fois Liza je suis vraiment, vis-à-vis de vous, gêné, la Fédération vous présente des excuses. Ça me gêne parce que vous êtes quelqu’un que j'apprécie, bien aimé, vous connaissez bien le foot et vous êtes plutôt un partenaire loyal de  l'équipe de France lorsque vous  avez des commentaires réaliser. Vous faites votre métier en disant quand c'est bien, quand c'est moins bien vous le dites aussi chacun doit faire son métier »

 

FRÉDÉRIC MICHALAK : « ILS EN PRENNENT PLEIN LA GUEULE »

 

Le joueur de rugby de l’équipe de France et de Toulon a pris la défense de Patrice Evra sur les ondes de RMC : « Ils ont beaucoup pris aussi. Depuis l’Afrique du Sud, ils en prennent plein la gueule. Donc c’est normal qu’ils aient envie de se défendre si on leur donne la parole. Après, ça ne va pas arranger les choses. Ça ne va pas le grandir de s’attaquer à eux (Ndlr : aux consultants), au contraire. Il faut les laisser parler et je pense que la seule réponse qu’on peut donner, nous les sportifs, c’est sur le terrain ».

 

GILLES SIMON : « LES CONSULTANTS NE RACONTENT QUE DES CONNERIES »

 

Le joueur de tennis français s’est lui aussi mêlé à la polémique en donnant son avis sur le rôle des consultants dans l’équipe : « On me trouve énormément de faiblesses dans mon jeu, de faiblesses physiques et pourtant on me dit que je suis au maximum de mes possibilités ! C’est faux. Je suis moins fort physiquement que Gaël ou Jo, c’est une évidence. Richard a un timing exceptionnel, notamment en revers. Le souci n’est pas de se comparer aux uns ou aux autres. Mais on pourrait aussi dire que je suis plus physique que Gasquet et plus doué que Gaël ou Jo dans mes frappes. (…) Le pire, ce sont les consultants, des anciens joueurs pourtant, qui ne racontent que des conneries à l’antenne alors qu’ils n’ont pas forcément fait mieux que toi sur un court, voire beaucoup moins bien. Richard est talentueux, mais moins que ce que vous écrivez. Il y a des mecs plus doués que lui. Federer l’est trois fois plus. Même pour Roger, on a toujours insisté sur son talent et jamais sur son physique. C’est facile, car il a la technique ? Non, il a des jambes de feu, et regardez dès que ça va moins bien physiquement, ses résultats s’en ressentent ».

 

FRANK LEBOEUF : « IL CHIE DANS LES BOTTES DE DESCHAMPS »

 

L’ancien joueur de l’équipe de France, champion du monde en 1998 a lui aussi réagi sur RMC : « Si j’avais été son coéquipier, je l’aurais appelé et je lui aurai demandé : ’’mais pourquoi maintenant ?’’ Il chie dans les bottes de Didier Deschamps. Il y a une échéance énorme et il t’arrive ce pavé dans la mare. Tu n’en as pas besoin. Qu’il règle ses comptes avec les quatre mecs. On n’a pas besoin d’en faire plus. Ça devient national, et comme l’équipe de France a en ce moment une très mauvaise image, on saute dessus et on met le paquet. Finalement, tout le monde va en pâtir. On n’avait pas besoin de ça. »

 

ERIC DI MÉCO : « IL FRAGILISE SON ENTRAÎNEUR »

 

Le consultant de BeIn SPORT et ancien footballeur, s’inquiète des conséquences : « Evra ne se rend pas compte des dommages collatéraux. Il fragilise son entraîneur qui va être attaqué sur ce cas-là. Comme je pense qu’ils ne vont pas le sanctionner, ça voudrait dire qu’on a des dirigeants mous. »

 

BERNARD LAPORTE : « C’EST PITOYABLE »

 

L’entraîneur de l’équipe de Rugby de Toulon et ancien sélectionneur de l’équipe de France, a lui aussi donné son avis sur RMC : « C’est pitoyable, il n’y a pas d’autres mots. Ce qui est navrant c’est qu’ils n’aient pas le courage de s’appeler pour régler cela. Ils sont du même monde, le football. Il y a des consultants qui vont dans l’excès mais c’est leur boulot et je comprends aussi qu’il y ait des joueurs qui en ont marre de se faire taper dessus mais qu’ils lavent leur linge sale en famille ! Ça n’a pas à apparaître à la radio ou à la télévision des propos comme ça. C’est intolérable de montrer ça comme exemple. Concernant la sanction, je pense qu’il faut privilégier l’intérêt général. Il ne faut pas punir pour se dédouaner. L’équipe de France doit gagner. »

 

JEAN-MICHEL LARQUÉ : « SUR UNE AUTRE PLANÈTE »

 

Le consultant de Canal Plus et de RMC n’est pas tendre avec Evra : « Le moment est mal venu. L’ancien capitaine de l’équipe de France réglait des comptes personnels, comme si les problèmes autour de sa petite personne devaient passer avant l’intérêt général. J’ai trouvé ça absolument ubuesque, incroyable, incompréhensible. Il règle des comptes avec les gens, c’est le petit jeu du "je t’aime, moi non plus", ce n’est pas très grave. Mais le plus terrible, c’est d’être si peu lucide sur sa propre situation. Là, ça devient catastrophique. Evra a parfois parlé à la troisième personne, un peu comme les hommes politiques. À plusieurs reprises, il parle du peuple français en disant "mais ce n’est pas la voix du peuple". Il ne doit pas fréquenter le même peuple que nous… Nous, on fréquente le peuple qui se lève tôt le matin, qui va au boulot, qui est bénévole dans les clubs de football et que l’on peut écouter. Il n’a peut-être pas tout à fait les mêmes fréquentations mais de mon côté, les gens du peuple, les gens du football que je côtoie, il n’y en a pas un qui m’a dit qu’il aimait Patrice Evra. Ce n’est pas très grave, on a les fréquentations que l’on peut dans la vie ! Quand j’entends l’ancien capitaine de l’équipe de France, celle de 2010, être si peu en phase avec la réalité actuelle, je me dis qu’il y a un décalage et qu’il vit sur une autre planète ».

 

ROLLAND COURBIS : « ARRIVER À FAIRE UNE CARRIÈRE AVEC AUSSI PEU DE QUALITÉS… »

 

Mis en cause directement par Patrice Evra qui l’appelle Tournevis, Rolland Courbis a réagi très rapidement : « Une interview d’un footballeur qui parle à la troisième personne, qui se moque de Rama Yade, ça égaye ma journée. Moi, je n’ai pas de problème avec Evra en tant qu’homme. Je parle de l’arrière gauche. Je ne suis qu’un petit entraîneur. D’ailleurs un tournevis peut réparer pas mal de choses. J’ai la prétention de connaître ce que doit faire un arrière gauche. Evra, pour moi, est un ailier gauche moyen, qui se rappelle de temps en temps qu’il joue arrière gauche. Il accompagne ses adversaires sans les empêcher de centrer. Il parle de lui en disant que c’est un guerrier et il tourne le dos dès qu’il y a un tir de peur de la prendre dans la poitrine ou sur le visage. Evra, c’est le seul arrière gauche au monde à être de temps en temps hors-jeu, c’est un exploit. Arriver à faire une carrière de défenseur avec aussi peu de qualités, sans jeu de tête, sans vitesse, sans marquage, c’est une prouesse que je salue. Depuis ce matin, c’est devenu mon idole. Je suis un parasite ? À partir du moment où le gars ne comprend pas la chance qu’il a d’être devenu millionnaire avec si peu de talent, que voulez-vous que je réponde ? Sur les derniers matchs, il démontre encore qu’il est moyen. Alors si j’avais des doutes sur la réflexion intellectuelle de Patrice Evra, je ne suis plus surpris. Et je ne suis donc plus surpris sur ce qu’il s’est passé à Knysna. J’en ai maintenant la confirmation ! »

Le 10 Sport

Retrouvez toute l'actualité du mercato

Retrouvez toutes les vidéos