Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Foot - OM

OM : Les vérités de Pape Diouf sur les supporters de l’OM…

par G.d.S.S.

Ancien président de l’OM, Pape Diouf semble avoir laissé une image plutôt positive chez les supporters phocéens. L’ancien dirigeant marseillais se prononce sans détour à ce sujet.

Passé à la présidence de l’OM entre 2005 et 2009, Pape Diouf a été l’un des rares patrons marseillais à jouir d’une bonne relation avec l’exigeant public du stade Vélodrome. Contrairement à Vincent Labrune ou encore Jean-Claude Dassier, Diouf a laissé une bonne image d’ensemble au club, et l’ancien président de l’OM explique d’ailleurs ce constat dans un entretien accordé à So Foot.

« Je n’ai jamais cherché à les manipuler »

« Vous savez, on ne respecte que ce qui est respectable. Si les relations avec les supporters ont toujours été nickel, c'est parce qu'elles étaient très nettes… n’oubliez pas que ce sont ces mêmes supporters qui, au départ, à mon arrivée, avaient exprimé leur scepticisme. En me voyant faire, ils se sont aperçus qu’il y a eu beaucoup d’aprioris alors qu’en fin de compte j’étais comme eux, Marseillais comme eux, que j’étais d’abord un vrai supporter de l’OM, que j’étais ensuite quelqu’un qui voulait du bien au club. Tout ce bien là, nous faisions tout pour l’avoir sans jamais sortir d’un cadre légal, voire moral. À partir de là, oui, les choses se sont très biens tissées entre les supporters et moi-même. Le respect était réciproque. De part et d’autre, il y avait de la considération. Et puis les supporters, je pense, se sont aperçus que je faisais ce que je disais et que je disais ce que je faisais. Je n’ai jamais cherché à les manipuler. Vous savez, les choses ne sont jamais spontanées ou arrivent simplement par le fruit du hasard. Elles ont toujours une explication. Les choses s’expliquent toujours. L’explication que moi je donne, en tout cas, à l’excellence de mes relations avec les supporters, c’était ça. Ils ont vu, pour parler trivialement, que je ne les ai jamais pris pour des cons. Je les considérais comme des gens biens », lâche Pape Diouf.