Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Foot - OM

OM - Malaise - Courbis : «Il ne faut ni appeler, Pape Diouf, ni Bernard ni moi mais David Copperfield»

par An.B.

Alors qu’il s’est exprimé sur la situation actuelle de l’OM, Rolland Courbis se montre très fataliste envers le club phocéen.

Invité du Canal Football Club à l’occasion de la 35ème journée de Ligue 1, Rolland Courbis s’était dit prêt à conseiller les futurs investisseurs de l’OM. Alors qu’il est actuellement employé par le Stade Rennais, les propos de celui qui a commencé sa carrière d’entraîneur à Toulon avaient de quoi laisser perplexe. Interrogé par Le Phocéen, le natif de Marseille s’est vu désigner comme l’homme capable de remonter le club phocéen. Rolland Courbis s’exprime sur le sujet.

« On parle sur des choses imaginaires. »

« Le challenge avec quoi ? Vous me parlez comme s'il y avait un investisseur, une somme d'argent, un objectif... Mais le challenge de quoi ? Avec qui, avec quoi ? S'il n'y a plus d'effectif, qu'il n'y a pas de repreneurs, il ne faut ni appeler, Pape Diouf, ni Bernard ni moi mais David Copperfield. On parle sur des choses imaginaires. On a eu quand même un exemple avec Didier Deschamps. Une fois on lui a proposé ce challenge (en 2006, ndlr). Il n'avait pas la possibilité de recruter, à part peut-être Celestini en numéro 6. Il a dit au revoir. Trois, quatre ans après, quand il peut prendre Lucho à Porto, MBia pour 12, Diawara à 8, là tout de suite il a eu de l'affection... Mais même moi en 1997, il y avait de l'argent pour prendre Ravanelli et Dugarry », a rétorqué Courbis dans une interview accordée au Phocéen.