Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Foot - PSG

PSG : Ancelotti, Bielsa… Cet ancien de l’OM qui assure la défense d’Unai Emery !

par T.M.

Alors qu’Unai Emery a connu sa première défaite ce dimanche contre l’AS Monaco, l’entraîneur du PSG est victime de nombreuses critiques. Christophe Dugarry a tenu à le défendre.

L’effet Unai Emery est-il déjà terminé ? Alors que l’Espagnol semblait avoir fait sa place en quelques jours, la défaite contre l’AS Monaco a servi de prétexte pour le critiquer. C’est notamment le cas de Paul Le Guen. L’ancien entraîneur du PSG a notamment lâché : « Je suis choqué d’entendre qu’Emery travaille plus, que ce sera formidable avec lui. Je suis agacé d’entendre qu’il est meilleur que son prédécesseur, on verra ». Toutefois, malgré cette pluie de critiques, Unai Emery peut compter sur quelques soutiens.

« On ne lui a pas déroulé le tapis rouge »

C’est le cas de Christophe Dugarry. Sur RMC, l’ancien de l’OM explique : « J’étais assez choqué quand même par les propos de Paul Le Guen.  J’en ai tenu aussi des très durs pendant dix ans lorsque je commentais des matches. C’est bien d’avoir un avis tranché (…)Je n’ai pas l’impression qu’on a donné un ‘’full crédit’’ à Unai Emery. On ne lui a pas déroulé le tapis rouge. Après, les joueurs sont dans un nouveau discours. Chacun va jouer sa carte, avec quelques déclarations qui va leur permettre ou non d’être titulaire. Il ne faut pas s’étonner de ça. À un moment donné, je n’ai pas compris. Ancelotti, on ne lui a pas fait de cadeaux. Ancelotti, sincèrement on a été les premiers avec Daniel Bravo à aller l’interviewer. Je ne comprenais pas sa tactique, rien à ce qu’il voulait mettre en place. Pourtant, c’était Ancelotti. Emery, ce sera la même chose. Après, on est civilisés, on est bien élevés en France. On l’accueille gentiment. Il fait l’effort de parler français, même si, sur l’interview d’hier (dimanche soir, ndlr) je n’ai rien compris (rires). Mais c’est sûr qu’à un moment où à un autre, ça va être compliqué pour lui, c’est obligé. Maintenant, Ancelotti, Bielsa, on ne leur a pas fait de cadeaux. J’avoue que je suis surpris ».