Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Foot - PSG

PSG : Cavani, Jesé... Une gestion catastrophique !

par Arthur Montagne

C'est donc arrivé. Contre le Stade Rennais (4-0), la blessure de Cavani est venue gâcher une belle soirée et ternir une semaine réussie, mais elle met surtout en lumière une gestion estivale bien intrigante.

Ce qui devait arriver, arriva. Edinson Cavani aura donc tenu jusqu'au 6 novembre avant que son corps ne le trahisse. Buteur contre le Stade Rennais (4-0), le Matador a rapidement rangé le fusil de sa fameuse célébration, pour dégainer une grimace qui a fait taire le Parc des Princes et le staff parisien. Cavani se tient la cuisse. Oui, l'Uruguayen est bel et bien blessé et doit céder sa place. Le PSG, dont la dépendance statistique à l'ancien napolitain est inégalée en Europe, commence à se rendre compte que l'impossible se produit. Et si les premiers examens semblent rassurants, cela ne change pas le fond du problème. Cet avertissement ne doit pas rester sans suite.

Qui derrière Cavani ?

A deux semaines d'une rencontre décisive contre Arsenal pour la première place de la Ligue des Champions, cette blessure aurait pu être catastrophique. Pourquoi ? Tout simplement parce que derrière Edinson Cavani, c'est le néant. Jean-Kevin Augustin est certes très prometteur, mais à 19 ans, il n'a pas encore les épaules assez larges pour supporter le poids et la pression de l'attaque parisienne. Autre (et unique) solution, titulariser Jesé, ce que fera probablement Unai Emery s'il est nécessaire de faire souffler le Matador. Malheureusement, l'Espagnol n'est pas un avant-centre et l'a prouvé contre Rennes. S'il est plein de bonne volonté, l'ancien attaquant madrilène n'a pas le sang froid de Cavani devant le but et ses appels sont moins tranchants.

Une blessure qui met en lumière une gestion catastrophique

Par conséquent, les solutions sont restreintes. Et pourtant, les dirigeants parisiens ont eu le temps pour préparer la succession de Zlatan Ibrahimovic. Et s'ils ont rapidement opté pour la solution en interne en replaçant Edinson Cavani dans l'axe de l'attaque, l'Uruguayen se retrouve bien seul à son poste. La meilleure solution trouvée par Nasser Al-Khelaïfi et Patrick Kluivert a donc été d'investir 25M€ sur un remplaçant du remplaçant au Real Madrid qui revenait d'une grave blessure et dont le contrat expirait dans un an. Jesé grimpe certes dans la hiérarchie puisqu'il est désormais remplaçant du titulaire, mais ce recrutement soulève de nombreuses questions aujourd'hui, sans remettre en cause les qualités et l'investissement du joueur. Même si le PSG voulait un joueur qui accepterait de rester bien sagement dans l'ombre de Cavani pour laisser le Matador s'exprimer enfin dans son domaine de prédilection après trois ans d'exil dans le couloir gauche, il y avait sûrement mieux à faire avec 25M€...

Emery pris au piège

Unai Emery doit donc faire avec. L'état-major du club ne lui a pas offert la possibilité d'avoir une vraie concurrence en pointe. Toutefois, rien n'empêchait le technicien basque de faire souffler Cavani de temps en temps en fin de match et cela aurait permis de donner plus de temps de jeu à Jesé. Si ce n'est pas le poste naturel de l'Espagnol, il a été recruté pour suppléer l'ancien napolitain, mais ne le fait jamais. Résultat, il n'est probablement pas à 100% physiquement, et surtout il n'a aucun automatisme avec ses coéquipiers. Sachant qu'il n'évolue déjà pas dans un secteur avec lequel il est familier, ça commence à faire beaucoup de manque de repères... Quoi qu'il en soit, il sera intéressant de voir la position du PSG sur le mercato d'hiver. Recruter un avant-centre s'avère indispensable, mais cela ressemblerait à un bel aveu d'échec et Nasser Al-Khelaïfi a déjà annoncé que les Parisiens ne recruteraient pas un avant-centre supplémentaire. Il faut dire que même Antoine Griezmann ne l'a pas convaincu. En même temps, il n'est que meilleur joueur et meilleur buteur du dernier Euro... 

@Arthur_Montagne