Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Foot - PSG

PSG - Malaise : «Ben Arfa n’est pas Ibrahimovic. Il n’a ni son rendement, ni son statut»

par J.-G.D.

Alors qu'Hatem Ben Arfa n'est que l'ombre de lui-même depuis plusieurs semaines, Alain Perrin dresse un constat inquiétant sur la possibilité de voir le joueur s'intégrer durablement. 

Malgré son recrutement du côté du Paris Saint-Germain cet été, Hatem Ben Arfa éprouve les pires difficultés à s’imposer dans le club de la capitale. Sa mise à l’écart par Unai Emery en est le parfait exemple. Si Claude Puel, son ancien entraîneur à l’OGC Nice, estime que l’international français peut vite trouver sa place, Alain Perrin ne le voit pas du tout du même œil.

« Dès qu’il doit s’inscrire dans un collectif, il a des difficultés »

« Dès qu’il doit s’inscrire dans un collectif et respecter des consignes précises, que ce soit sur le plan offensif ou défensif, il a des difficultés. Mais son désir de bien faire l’a freiné. Il n’a pas réussi à se libérer. On ne peut pas le faire jouer contre sa nature. Plus de liberté ? C’était le cas à Nice, dans un club de moindre standing. L’équipe s’est organisée autour de lui. Mais quand on est dans un club comme le PSG, avec la concurrence d’autres grands joueurs et avec la nécessité d’un rendement immédiat, ce n’est pas possible. L’entraîneur préférera un joueur qui s’intègre dans le collectif. Ou alors, il faut être décisif, marquer but sur but à la moindre opportunitéé́. Comme Ibra par exemple, à qui il fallait aussi sa liberté. Mais Ben Arfa, ce n’est pas Ibra. Il n’a ni son rendement, ni son statut dans l’équipe. Hatem n’a pas à rougir de Lucas et de Di Maria. Mais les statuts ne sont pas les mêmes. Ibra n’avait pas une personnalité facile. Mais il rassemblait autour de sa capacité à faire gagner son équipe. Dans un club comme le PSG, avec une forte concurrence, le temps est un luxe », assure l’ancien technicien lyonnais dans les colonnes du Parisien.