Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Handisport

Handisport : Le rugby fauteuil vient grossir les rangs de la délégation tricolore à Rio

par La rédaction

L’équipe de France de rugby fauteuil a décroché à Paris, devant son public, sa place pour les Jeux paralympiques de Rio (7-18 septembre). La France, déjà qualifiée en basket féminin, ne sera représentées que dans deux sports collectifs au Brésil.

Le rugby fauteuil est une discipline mixte. Mais la majorité des formations n’est constituée que d’hommes. Ainsi, la France, absente en basket masculin et au cécifoot, aura bien un sport collectif, à dominante masculine, aux Jeux paralympiques de Rio (7-18 septembre). Ouf ! « C’est bien effectivement même si le sport le plus représentatif reste le handibasket hommes qui regroupe 80 clubs et un grand nombre de licenciés en France », tempère le Directeur Technique National de la Fédération Française Handisport, Jean Minier. Le dirigeant de la FFH reconnaît aussi que la présence des sports-co apporte une dynamique différente au sein d’une délégation. « C’est un bon symbole entraînant pour le reste de l’équipe de Franc et notamment les sportifs engagés dans des épreuves individuelles. »

Ce billet arraché par le quadrugby avec brio aux dépens de la Nouvelle-Zélande (51-48), dans une belle ambiance, lors du Tournoi mondial de Qualification Paralympique disputé courant avril à Paris, va surtout permettre à cette discipline de continuer à grandir. Huitième pour ses premiers Jeux paralympiques, l’équipe de France de rugby fauteuil a continué sa progression sur l’échiquier international. « Nous n’avons jamais raté d’épreuve majeure depuis, souligne avec fierté l’entraîneur de cette formation, Olivier Cousin, issu du ballon ovale valide. Cette équipe affiche un état d’esprit remarquable dans les compétitions clés. Là encore, elle a su mettre l’agressivité nécessaire pour se sortir d’un tel rendez-vous. Il le fallait car les Wheel Blacks n’ont encore jamais participé aux Jeux. Ils avaient donc à cœur de mettre fin à cette anomalie. »

Califano, Dusautoir et Braillard ont soutenu les Bleus

Ce fut encore le cas durant ce tournoi pendant lequel Christian Califano, Thierry Dusautoir, deux figures emblématiques du XV de France ou encore Thierry Braillard, le ministre des sports. « C’est important pour la dynamique de ce sport, apprécie Jean Minier. L’équipe est en renouvellement mais continue d’avancer. Nous espérons qu’elle va s’affirmer pour prétendre à un podium lors des Jeux 2020 ou 2024. » La boîte semble encore inaccessible à Rio. « Nous visons un top 5 ou 6, précise Sébastien Lhuissier, déjà de l’épopée londonienne. Après, si de nouveaux joueurs ayant un gros potentiel arrivent, pourquoi ne pas viser mieux. »

La présence de ce collectif France, représentant douze joueurs et six encadrants, permet aussi de grossir les rangs de la délégation au Brésil. « Nous devrions être plus de 200 à partir au Brésil, avance Ryadh Sallem qui va vivre ces cinquièmes Jeux après ceux connus en natation, basket et rugby. C’est important de rester parmi les nations fortes sur de tels rendez-vous. » D’autant que les critères nationaux de sélection ont été très stricts pour ces Jeux 2016.

Jérôme Savary