Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Hockey-sur-Glace

Bpifrance aux côtés des Boxers de Bordeaux, leader du hockey français !

par La rédaction

Le réseau de Bpifrance s’étend désormais sur la glace avec les hockeyeurs des Boxers de Bordeaux comme club partenaire.

La toile de Bpifrance, forte de 40 clubs partenaires, se renforce avec l’arrivée de l’incontournable club de hockey-sur-glace des Boxers de Bordeaux. La ville chère à Patrice Bégay, Directeur exécutif communication et Bpifrance Excellence, est actuellement en tête du championnat de France. C’est dans ce contexte coloré par l’optimisme et la réussite que la banque d’investissements a officialisé son partenariat avec les Boxers devant, comme toujours, le réseau Excellence de Bpifrance (175 membres en Aquitaine). « Bordeaux, c’est un territoire d’idées et d’innovations. La ville a été l’une des 9 premières à être labellisée « French Tech ». Et quand on dit Bordeaux, on pense naturellement aux Boxers, ce club historique qui fait le plein à chaque match ! A sa tête, il y a un chef d’entreprise avec une vision et une ambition, des critères fondamentaux pour Bpifrance. Thierry Parienty, à la tête de la société Volteo, partage nos valeurs et nous avons souhaité accompagner son désir de développement pour les Boxers ».


Patrice Bégay entouré par Arielle Piazza (adjointe chargée des sports à la ville de Bordeaux) et Jean-Louis David (adjoint au maire en charge de la vie urbaine et de la coordination de la politique de proximité)

« Bpifrance est le meilleur accélérateur de croissance et de développement »

« Développement », « Accompagnement », « Valeurs » sont exactement les premiers mots de Thierry Parienty, lui-aussi en phase avec le discours de Patrice Bégay : « Bpifrance est pour nous le meilleur accélérateur de croissance et de développement. Pour la mise en relation des acteurs économiques, politiques et sportifs, il n’y a pas mieux. Notre priorité étant de pérenniser le club, sans rogner sur nos valeurs, l’accompagnement d’une banque d’investissements comme Bpifrance me parait indispensable. Nous n’avons pas de droits télés pour vivre comme le foot ou le rugby. Pourtant, nous sommes 100% professionnels. Il nous faut trouver une visibilité nationale et s’inscrire dans les schémas trouver par des clubs dans d’autres disciplines : Saint-Raphaël dans le hand, le Racing ou Toulon dans le rugby. Chez nous, Rouen et Grenoble ont réussi de belles choses. Il faut travailler en ce sens ».