Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Omnisport

JO RIO 2016 - Athlétisme : Les vérités de Dimitri Bascou après le bronze sur 110 mètres haies !

par J.-G.D.

Alors que Dimitri Bascou a remporté la médaille de bronze sur le 110 mètres haies, le hurdleur affiche sa satisfaction de monter sur la troisième marche du podium.

Malgré aucune médaille d’or depuis le début des Jeux Olympiques de Rio, l’athlétisme français se porte bien. Dimitri Bascou a accroché la médaille de bronze dans la nuit de mardi à mercredi sur le 110 mètres haies. En zone mixte, le Français revient sur sa performance et affiche sa satisfaction de revenir du Brésil avec une breloque. 

« Ça n’a pas de prix »

« C’est une satisfaction de ressortir avec une médaille. Il me fallait repousser les idées négatives pour aller chercher cette médaille en ayant toujours l’envie de gagner. Passer la ligne. Quand je passe la ligne, que je vois mon nom troisième, j’essaie de réaliser. Ça n’a pas de prix, la consécration de beaucoup d’années de travail. Après le titre lors des championnats d’Europe, le but, c’était de rester dans la saison, sans se relâcher. Tout le travail a été mis en place pour être bon aux JO. Il y a déjà eu de meilleurs chronos mais ça, ce n’est pas grave. C’est énorme. Ça s’est joué au mental et cela a été très travaillé depuis trois ans après être passé quatre, cinq fois à côté de championnat pour des petits détails, je tape une haie ou je trébuche au départ ou un faux départ… On finit par se demander si on est maudit ou pas quand on commence à se poser ces questions, on touche le fond. Avoir pour repartir de zéro avec mon coach et vivre ça en finale olympique, il n’y a plus de mots… Je ne réalise pas. Au début de chaque course, chacun écrit une histoire. J’ai très bien commencé à l’écrire et deux, trois petites choses m’ont privé d’une ou deux places. Avant la faute (5e haie), je me sentais hyper bien. Elle vient et il ne faut pas se laisser submerger par une émotion négative. C’est une preuve que la combativité est là », explique l’athlète tricolore.