Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Athlétisme

JO RIO 2016 – Athlétisme : Pourquoi Martinot-Lagarde doit aller à Rio

par La rédaction

Pascal Martinot-Lagarde n’est pas assuré de disputer les Jeux Olympiques à Rio. L’athlète du Team Caisse d’Epargne doit attendre la fin des Championnats d’Europe pour connaître son sort. Véritable chance de médaille, son absence serait préjudiciable aux Bleus. Voici pourquoi.

PML croise les doigts pour Rio. Privé de Championnats d’Europe (6-10 juillet) en raison d’une sixième place aux « France », Pascal Martinot-Lagarde (24 ans) n’a plus son destin entre ses mains pour les Jeux. L’athlète du Team Caisse d’Epargne, ainsi que trois de ses compatriotes (D. Bascou, W. Belocian et A. Manga), ont réalisé les minima olympiques. Problème : ils sont quatre pour trois places en cabine. Pascal Martinot-Lagarde sera-t-il du voyage ? Rien n’est sûr. En tous les cas, le hurdleur français reste confiant et donnera tout s’il a cette chance. « Je vais me remobiliser, a-t-il déclaré à la suite de sa contre-performance à Angers. Le Pascal Martinot-Lagarde qui peut aller vite est encore là. Je ne sais même pas combien d’athlètes (français) ont fait les minima pour Rio (quatre pour trois places). Je sais que je ne suis pas mort. Je ne sais pas si j’aurais mon ticket pour les JO, mais si je l’ai, je ferais tout pour l’assumer. »

Une véritable chance de médaille

Si Pascal Martinot-Lagarde n’était pas du voyage à Rio, la France se priverait d’une véritable chance de médaille olympique. PML reste le recordman national du 110m haies (12“95) et ne compte pas faire de la figuration aux Jeux. L’athlète du Team Caisse d’Epargne a préparé sa saison en fonction des JO et s’il est de la partie, ce sera pour gagner. « On vise toujours la première place et à défaut de ne pas être premier on va dire que l’objectif est une médaille, a-t-il confié lors d’une interview accordée au 10 Sport, à lire très prochainement dans votre rubrique JO RIO 2016. Pour la simple et bonne raison que je ne connais aucun athlète qui rêve d’être deuxième. On y va toujours pour gagner. (…) Depuis que j’ai fait les minima (2 juin à Rome), j’ai changé de programme, pour être le plus performant possible aux Jeux Olympiques. Le reste, avant, je ne dis pas qu’on s’en fout mais, c’est moins important. (…) Une chose est sûre, ma préparation est axée sur les Jeux Olympiques donc je serai prêt le jour J. » Rio est prévenue. Les décideurs de l'équipe de France aussi...