Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Tennis

Tennis : Maria Sharapova sort du silence après sa suspension !

par La rédaction

Sa réaction était attendue après l’annonce officielle de sa suspension de 2 ans suite à son contrôle positif au Meldonium en janvier dernier. Maria Sharapova s’est exprimé sur sa page Facebook : elle ne compte pas se laisser faire et va faire appel de cette décision devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

C’est ce qu’on appelle une contre-attaque. Suspendue officiellement pour une durée de 2 ans suite à son contrôle positif au Meldonium durant l’Open d’Australie en janvier dernier, Maria Sharapova va faire appel de la décision rendue par le tribunal de la Fédération internationale de tennis (ITF). L’ancienne numéro une mondiale l’a annoncé elle-même sur sa page Facebook, non sans égratigner au passage l’ITF, qui aurait cherché à lui infliger une peine maximale de 4 ans pour « dopage intentionnel », ce que le tribunal a rejeté. La lauréate de 5 titres du Grand Chelem explique que « l’ITF a passé énormément de temps et déployé quantité de ressources à essayer de prouver » qu’elle avait « intentionnellement enfreint le règlement antidopage », mais que  « le tribunal a conclu que ce n’était pas le cas. »

« Je ne peux accepter une injuste et lourde suspension de 2 ans. Je vais immédiatement faire appel de cette décision devant le TAS »

« Vous devez savoir que l’ITF a demandé au tribunal de me suspendre pour quatre ans – la suspension requise pour une violation intentionnelle – et que le tribunal a rejeté sa demande », a ensuite déclaré Sharapova, avant de conclure en déclarant vouloir faire appel de cette décision. « Bien que le tribunal ait tranché à juste titre que je n’avais pas intentionnellement violé le règlement antidopage, je ne peux accepter une injuste et lourde suspension de deux ans. Le tribunal, dont les membres ont été choisis par l’ITF, a approuvé le fait que je n’ai pas intentionnellement fait quelque chose de mal. Pourtant, il cherche à m’écarter des courts de tennis pendant deux ans. Je vais immédiatement faire appel de cette partie de la décision au Tribunal Arbitral du Sport », a conclu la Russe, déterminée à contre-attaquer.