Le 10 Sport pour iPhone et iPad Télécharger sur l'App Store
Foot - OM

OM - Malaise : Cet ancien président du club qui dézingue Vincent Labrune !

par C.C.

Vincent Labrune a annoncé la semaine dernière qu'il allait quitter son poste de président de l’Olympique de Marseille. Pour un ancien de la maison marseillaise, son départ est le bienvenu.

Vincent Labrune va quitter l’Olympique de Marseille le 25 juillet prochain. Président depuis juin 2011, l’aventure s’achève donc après 5 années qui n’ont pas été des plus faciles à gérer. Il cède sa place à l’italien, Giovanni Ciccolunghi. Jean-Claude Dassier, ancien président de l’OM entre 2009 et 2011 dresse un bilan salé du parcours de Vincent Labrune.

« Il fallait lui faire plaisir et lui donner la place »

En effet, Jean-Claude Dassier est sans pitié pour son homologue lors d’une interview accordée à RMC. « Labrune, il pensait détenir le savoir dans le football. On a vu. Il a eu les meilleurs. Il voulait tout faire avec Didier Deschamps, c'était la bagarre dans les couloirs six mois après. Il a eu Bielsa. Je ne dis pas que c'est facile, mais à un moment, il n'était pas là... Comment vouliez-vous que ça marche. On m'a reproché un trou dans les caisses entre 8 et 10 millions d'euros. Mais forcément, quand on me débarque avant le début du mercato, c'est difficile de le combler. C'est juste qu'il fallait lui faire plaisir et lui donner la place. Et qu'on ne me parle pas de l'inflation de la masse salariale sous mon mandat. Sinon, pourquoi a-t-il augmenté tout le monde dès sa première année ? Il a pris Alou Diarra à 300 000 euros par mois, on a vu la brillante carrière qu'il a menée. Ce sont des accusations débiles, infantiles et peu sérieuses. Je vais vous dire, les histoires récentes de l'OM nous montrent bien quelque chose : Philippe Perez, son directeur général, a été mis en examen, José Anigo, son directeur sportif, également. Mais pas lui. Comme s'il ne s'occupait de rien alors que si on l'écoute, il s'occupe de tout. C'est étrange non ? Je pense que le juge va rapidement se rendre compte de la stupidité de la situation ».